Top Nell II

Après avoir confectionné le top Nell de Gwladys, j’étais pressée de m’en faire un…

2.jpgMon envie coïncidait avec les « jeudis, je dis oui » de Mondial Tissus; parfait! J’ai donc choisi un voile de viscose brodé rose poudré avec une belle fluidité et un joli tombé. Ce tissu est vraiment très joli mais un peu transparent et surtout TRÈS fragile! J’ai donc opté pour des coutures anglaises et ai également décidé de doubler la partie inférieure de mon top, devant et dans le dos.

3.jpgJ’ai choisi l’option manches courtes pour ce tissu léger et transparent. Je voulais un top simple, je n’ai donc pas ajouté de passepoil.

J’étais contente de constater que tout se passait très bien avec notre patron. J’aurais dû, en revanche, ajouter un peu plus de marge pour les coutures anglaises. Il aurait peut-être fallu également choisir la taille du dessus afin d’absorber les sur-épaisseurs dues aux doublures. Au final, ces petits millimètres perdus provoquent quelques tiraillements quand on fait de grands mouvements…

Pour le dos, j’ai fait une petite modification. Comme j’avais peur que le tissu fragile ne supporte pas une boutonnière machine, j’ai préféré mettre les deux empiècements dos côte à côte plutôt que de les faire se chevaucher. J’ai ensuite glissé un ruban de chaque côté au moment de faire l’encolure.

4.jpgPour le biais de l’encolure, j’ai choisi un biais coton du commerce. Cela rigidifie un peu l’encolure mais je n’avais pas assez de tissu pour faire mon biais dans le voile de viscose – comme je le conseille dans les instructions du patron.

6.jpgPour sublimer mon top, j’ai décidé de le broder. J’avais envie d’un motif doux et aérien, j’ai donc choisi un Dandelion (pissenlit ;)). J’ai dessiné mon motif en prenant garde de faire des tracés compatibles avec la broderie. Vous pouvez retrouver gratuitement la fiche du « Dandelion Soufflé Madys » en cliquant sur le lien. Je vous offre le dessin que vous pourrez reporter sur le vêtement que vous souhaitez broder et je vous indique les points à utiliser.

7En tout cas, j’adore mon top Nell, léger, doux, fluide et unique grâce à sa jolie broderie! Retrouvez le patron de ce top sur la boutique Madys !

Maud.

5

Top Nell

Aujourd’hui je vous parle de mon dernier patron, le top Nell.

23Après vous avoir proposé les patrons de la blouse Nikki et de la blouse Nélia dans notre boutique en ligne Madys, nous avons voulu aller plus loin et créer pour vous (et pour nous ^^) le patron d’un top.

J’ai alors repris mon bloc de dessin et mes crayons et j’ai travaillé… J’ai bien sûr montrer mes propositions à Gwladys qui m’a aidée à affiner mon modèle. Une fois le dessin adopté,  j’ai tracé un premier patron à ma taille et j’ai confectionné une toile en voile de coton. Là nous avons retravaillé sur les manches et nous avons décidé de proposer plusieurs versions. A côté de l’option manches courtes ou sans manches, nous voulions des mancherons « aériens », il a donc fallu travailler sur la forme jusqu’à obtenir le rendu voulu.

22L’étape suivante a donc été de dessiner le patron au propre et dans les différentes tailles que nous proposons; du 36 au 42. Promis, nous proposerons rapidement plus de tailles… Je vous passe ensuite les étapes techniques pour parvenir au patron en format PDF.

Je me suis alors glissée dans la peau d’une de nos clientes et j’ai imprimé, collé et découpé mes pièces de patron. J’ai ensuite confectionné un top Nell à mancherons pour Gwladys avec un tissu liberty qu’elle avait choisi, agrémenté d’un passepoil assorti. J’étais satisfaite de constater que tout se passait à merveille…

9.jpgJ’ai ensuite beaucoup travaillé sur les instructions pour que Nell soit un plaisir à coudre. J’ai pris des photos pendant que je confectionnais mon top pour préciser les étapes les plus délicates à expliquer par écrit. Après avoir bien travaillé, nous avons pris des photos de ma création (merci à mon homme!) et j’ai pu finaliser mon patron accompagné de ses instructions.

J’adore ce top, il est féminin, léger et confortable. Gwladys est pressée de le porter et je suis pressée de m’en faire plusieurs! J’ai même prévu de me faire une version robe! A suivre…

Maud.

19.jpg

13.jpg

15

Blouse Janis

Me revoilà pour le challenge #jecoudsmagarderobecapsule2017 initié par @clo_piano! Je rends ma copie pour le mois de mars!

3.jpgCette fois-ci, je joue dans la catégorie « Haut (chaîne et trame) » avec la blouse Janis de Ready-to-sew. Pour confectionner cette blouse, j’ai choisi un crêpe lourd bleu marine de chez Rascol et une dentelle de chez Ma petite Mercerie.

J’ai tout de suite adoré le tissu crêpe, un tombé magnifique et une fluidité qui à coup sûr allait être parfaite pour Janis!

Quand j’ai ouvert le patron Ready-to-sew, j’ai d’abord été un peu confuse. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup d’informations partout… Ensuite, en relisant à tête plus reposée, j’ai compris que Raphaëlle proposait différentes façons d’obtenir le précieux patron… Au final, il y a peut-être un peu trop de choix, mais au moins, elle est sûre de satisfaire tout le monde!

4.jpg
En effet, on peut choisir d’imprimer des feuilles A4 à assembler directement entre elles, ou bien des feuilles dont il faut retirer les contours, avant de les assembler. Je crois qu’il est également possible d’imprimer dans un autre format… On peut aussi choisir sa taille sans imprimer les autres, grâce à un système de calques. Sans vraiment faire d’économies de papier, on augmente nettement la clarté!

Après avoir bien tout compris, imprimé le patron et découpé les pièces, tout roule. Enfin, sauf pour les filles qui se compliquent la vie comme moi! En effet, je trouve le dos de cette version de Janis très féminin mais j’avais bien envie de remplacer la patte du dos par un empiècement… en dentelle! Et là les choses se sont compliquées pour moi. Tout d’abord, il a fallu savoir comment finir le bord de la dentelle… J’ai donc pris le petit manuel de ma surjeteuse et, après quelques tours de clé et quelques réglages, j’étais plutôt contente de cette bordure.

2.jpgEnsuite, je me suis beaucoup creusé la tête pour le montage et j’ai fini par décider de replier et surpiquer les marges de couture du dos, à l’endroit où j’allais ajouter la dentelle. J’ai ensuite appliqué cette partie du dos directement sur mon empiècement en dentelle. Pour la parementure, j’ai fais la même chose pour les marges de couture autour de la dentelle. Si bien que mon empiècement est pris en sandwich entre le dos et la parementure dos dont les marges ont été repliées et surpiquées.

Je voulais ajouter une petite touche de dentelle ailleurs sur la blouse pour faire un rappel. Comme je voulais également modifier les manches, j’ai décidé d’y ajouter un revers en dentelle. J’ai aussi retracé les manches pour qu’elles soient plus étroites et qu’elles arrivent au-dessus du coude.

Là aussi, il a fallu réfléchir pour que l’on ne voit pas les marges de couture derrière la dentelle. J’ai fini par tout simplement doubler ma dentelle avec le crêpe avant de l’utiliser pour mes revers.

5.jpgLa suite du patron est plutôt simple et bien expliquée. J’ai eu un peu peur de l’absence de pinces poitrine car cela baillait un peu mais au final, après le montage des manches et du volant, tout tombait très bien. Pour la taille j’ai hésité entre un 38 et un 40 plus proche de mon tour de poitrine. J’ai finalement opté pour le 38, mon tissu étant légèrement élastique. Je ne regrette pas ce choix, le modèle étant quand même bien « loose ». Le volant n’est pas spécialement difficile à monter, il faut juste être bien régulière. Le plus long? L’ourlet du volant ^^!

En tout cas, je me sens très bien dans cette blouse fluide et féminine. Je vais probablement en refaire une, mais avec un dos moins compliqué!

Maud.

6.jpg

 

Blouse Nélia et broderies Artesane

1.jpgIl y a plusieurs mois déjà, je vous présentais ma première Blouse Nélia …

Aujourd’hui, je reviens avec une deuxième réalisation, améliorée mais surtout je vous propose son patron! En effet, il est en vente dans notre toute jeune boutique en ligne Madys !

J’ai toujours aimé les vêtements qui soulignent la féminité et quoi de mieux qu’un décolleté dans le dos et un joli pli creux pour sublimer la femme? Le succès qu’avait rencontré ma première blouse Nélia – sur les réseaux et au salon CSF 2016! – a fini de me convaincre de travailler sur le patron.

Dans le même temps, comme Gwladys l’a évoqué dans son dernier article Je brode avec Martine, nous avons été contactées par l’équipe d’Artesane pour tester leurs cours en ligne. Les cours de broderie de Martine Biessy étaient exactement ce qu’il nous fallait pour finaliser deux de nos projets, le deuxième étant la blouse Nélia que je vous montre aujourd’hui. Pour le printemps, je voulais montrer une version différente de celle en molleton et je voulais également monter tout ce que l’on peut faire sur ce joli dos. Avec Gwladys (qui ne désirait pas avoir de boutons dans le dos ^^), nous avons donc décidé que les broderies remplaceraient les boutons dorés de la première version.

logo_artesane-site-72-450x210.png

J’ai d’abord visionné les deux cours de Martine Biessy sur le site d’Artesane : « Apprendre à border avec Martine » et « Progresser en broderie avec Martine ». Plus de 4h pour chacun des cours, ça parait long, mais on apprend vraiment beaucoup de choses! Martine, qui est une experte, (doit-on le rappeler?) nous donne TOUS les conseils pour débuter en broderie d’abord, puis pour progresser. C’est en l’écoutant que l’on se rend vraiment compte que la broderie est un art. Vous saurez tout; comment choisir son matériel, comment préparer son tissu, transférer le dessin, préparer son aiguillée (j’ai même appris ce mot! ^^) et bien sûr comment réaliser de nombreux points! Martine donne aussi des adresses, les noms des fabricants de fils qu’elle considère comme les meilleurs, elle vous donne des astuces pour vous organiser et ranger votre matériel. Ces cours sont vraiment très complets et bien évidemment on peut visualiser les points, Martine les dessine puis les utilise en brodant de la main droite puis de la main gauche (trop forte!). Et les cours en ligne, c’est finalement encore mieux que les cours en direct, puisque l’on peut se repasser la vidéo autant de fois que l’on veut, reculer, avancer… et on peut même poser des questions grâce au système de chat intégré! Ce que j’ai trouvé top aussi c’est que de nombreux supports pdf sont fournis. Ils contiennent les explications des points et aussi les motifs du cours, dessinés par la talentueuse Marie-Gabrielle (@mariegabrielle.b). On peut donc reproduire à la maison les broderies du cours, sur d’autres supports, avec d’autres agencements… C’est vraiment chouette.

2.jpgPour en revenir à Nélia. J’ai beaucoup travaillé sur ce patron. J’ai notamment amélioré la forme de l’empiècement qui correspond au pli creux pour optimiser l’encombrement dans le dos. Je vous ai montré des réalisations avec des passepoils aux épaules (parce que j’aime ça ;)) mais le patron vous permet de confectionner une blouse avec un devant simple, sans passepoils.

4

Je pense que l’on peut vraiment s’amuser avec ce patron, mettre de la dentelle en guise de pli creux, décorer le décolleté avec des broderies ou pourquoi pas un ruban de dentelle ? Je précise dans les instructions du patron qu’il est préférable d’opter pour un tissu ayant un minimum d’élasticité. En effet, les manches étant ajustées, je ne voudrais pas que l’on se sente serrées au niveau du coude ou du biceps quand on plie le bras.

Alors j’espère que ma réalisation vous a plu et que je vous ai également convaincus que la broderie a encore de beaux jours devant elle!

Maud

20170322_155010.jpg

Je brode avec Martine

Pendant les vacances de Noël, nous nous sommes retrouvées en famille et, avec Maud, nous avons couché sur le papier nos futurs projets pour le début d’année 2017. En voyant, toutes les réalisations couture brodées qui circulaient sur Instagram, je lui ai proposé qu’on réfléchisse à introduire quelques broderies sur deux de nos projets. Nous sommes tombées d’accord pour broder le tablier que je voulais offrir à ma prof de poterie ainsi que la prochaine version de la #blousenelia dont le patron est en cours. Nous procédons toujours ainsi, en échangeant nos idées jusqu’à tomber parfaitement d’accord. C’est aussi notre force dans cette aventure créative: être deux et être soeurs.

Alors, imaginez notre surprise quand Maëna nous a contactées quelques semaines plus tard pour nous proposer de tester les cours d’Artesane! Nous avons été ravies! Et le timing était tellement parfait! Merci encore Maëna pour ta confiance et pour nos échanges.

Screenshot_2017-03-06-21-27-19-1_resized

J’ai donc commencé par télécharger le cours Apprendre à broder avec Martine. Il dure un peu plus de 4h, mais ça ne m’a pas fait peur du tout. Le système des cours en ligne est vraiment très bien pensé. La vidéo est fractionnée en chapitres et il est très facile d’aller de l’un à l’autre. Au début, j’ai eu tout de suite envie de prendre des notes et bien sûr tout est prévu. Il suffit de cliquer sur « je prends une note » et un encadré ad hoc apparaît sous la vidéo. Chaque note est symbolisée sur la timeline par une marque de couleur et quand on laisse la souris positionnée sur ces marqueurs la note apparaît. Génial!

Screenshot_2017-03-06-21-24-23-1_resized

En haut à gauche, on retrouve un bouton Menu qui donne accès aux différents chapitres mais aussi à une partie « Fournitures » où on retrouve notamment les modèles à télécharger et décalquer.

Screenshot_2017-03-06-21-30-20-1_resized

A droite, il y un espace de discussion en direct pour poser des questions. Bref! hyper bien pensé.

Le cours en lui-même est vraiment très clair. Les explications sont simples et de toute façon, si vous manquez un point, il suffit de rembobiner (de 30 secondes en 30 secondes) et c’est bien pratique, croyez-moi, quand il faut revisionner un geste plusieurs fois. J’ai été tellement convaincue que j’ai de suite téléchargé les deux autres cours de broderie disponibles sur le site d’Artesane. Je vais d’ailleurs participer au défi #jemelanceenbroderieavecmartine proposé sur Instagram. Je vous en parlerai bientôt.

Revenons à notre premier projet brodé: le tablier. A Noël, j’avais acheté le matériel de base et le livre de Martine Un été brodé. J’avais choisi un tissu chez Mondial tissus, livré chez Maud pour qu’elle puisse confectionner le tablier (Vous avez vu les biais de propreté dans les courbes?!!! La reine des finitions!) J’avais déjà sélectionné un motif et acheté les fils DMC quand Maëna nous a contactées. Les motifs dessinés par Marie-Gabrielle et proposés dans le cours que j’ai suivi m’ont beaucoup plu également et j’ai bien l’intention de les broder prochainement.

WP_20170225_14_25_56_Pro_LI2

Pour reporter les motifs, j’ai opté pour une feuille à trame perforée (de la marque PRYM) pour décalquer et un feutre lavable spécial tissu. J’ai donc fait une photocopie de la page du livre qui m’intéressait et j’ai décalqué le motif. Ensuite, j’ai posé cette feuille perforée transparente sur mon tissu, j’ai repassé sur les motifs avec mon feutre et le dessin est apparu en pointillés. Cette feuille est réutilisable à volonté car tout s’efface d’un coup d’éponge. Je n’ai donc pas eu besoin pour le moment d’entoiler mon tissu pour le rigidifier et je n’ai pas encore tester le Solufix pour reporter mon dessin.

WP_20170306_18_22_32_Pro_LI (2)

Une fois mon motif reporté sur le tissu, j’ai commencé à broder tout en revisionnant les parties du cours qui m’intéressaient. J’ai notamment eu besoin de revoir la technique pour faire le nœud et démarrer l’ouvrage. C’est tout bête mais il y a des gestes à acquérir pour bien démarrer. Et même si la broderie est un loisir créatif que j’ai déjà pratiqué par le passé, il était grand temps de me perfectionner. Je suis assez contente de ce premier projet réalisé et notamment de l’envers de la broderie qui est assez propre. J’espère qu’il fera son effet!

WP_20170306_18_16_57_Pro_LI

Pour toutes celles d’entre vous qui hésitent à prendre un cours créatif sur la plateforme Artesane, j’espère que mon article vous aura aidées à faire votre choix. Foncez!

Gwladys

WP_20170306_18_20_53_Pro

WP_20170306_18_23_49_Pro_LI

Mon pull Benoit

wp_20170304_12_55_17_pro_liJ’ai découvert il y a quelques temps l’univers, les créations et les débuts d’Aurélie Tixier alias @aurelielapoule et son blog Une poule à petits pas. J’ai aimé sa simplicité et sa bonne humeur, elle nous régale très souvent sur Instagram avec les différents plats qu’elle prépare. Une femme d’aujourd’hui!

J’ai longtemps hésité entre tous ses jolis patrons avant de jeter mon dévolu sur le #pullbenoit. Je dois dire que ce genre de pull loose qui peut se porter avec une chemise est tout à fait mon style. Pour la laine, j’y suis un peu allée à l’envie du moment. A Noël, avec Maud, nous avons été faire quelques emplettes dans une mercerie et je dois dire que j’ai vraiment flashé sur la laine Mélodie de Plassard. J’ai adoré le toucher et ce joli bleu qui était bien différent de ceux que j’avais déjà dans mon stash. Après ce petit craquage imprévu, j’ai été un peu déçue quand j’ai lu la composition (et oui j’aurais pu lire l’étiquette avant, mais ça n’aurait pas changé grand chose je pense… ce bleu!!!). L’acrylique y est majoritaire et je m’en suis rendue compte en la tricotant. La sensation n’était pas très naturelle entre mes doigts. Il y aura un avantage, c’est que normalement mon pull ne bougera pas au blocage. Ah oui! je n’ai pas encore bloqué mon pull… j’avoue avoir été déçue du résultat sur mon gilet germaine qui s’est trop agrandi. 

wp_20170304_18_40_37_pro_li

Au niveau du patron, il n’y a aucune difficulté. Tout est très bien expliqué. Par contre, je n’ai pas suivi les préconisations pour le choix de la laine. J’avais peur du poids global du pull une fois terminé. La laine Plassard que j’ai choisie se tricote en 4 normalement mais j’ai utilisé des aiguilles 7 pour obtenir des mailles bien aérées. J’ai également choisi de faire la taille la plus large pour obtenir un effet « boxy » mais j’ai diminué le nombre de rangs pour qu’il tombe au niveau de la braguette comme j’aime. Pour les coutures et l’assemblage, j’ai fait comme à mon habitude. J’ai cousu d’abord une épaule et j’ai ensuite relevé les mailles du col sur une aiguille droite. j’ai ensuite cousu le col et la 2eme épaule. J’ai relevé les mailles pour les manches (comme indiqué) et j’ai fini les coutures manches et côté en une seule fois (ça fait moins de fils à rentrer).

Dernière petite précision, j’ai tricoté les côtes 1/1 avec la même aiguille que pour le corps car je voulais éviter l’aspect resserré du bas du pull que je ne trouve pas toujours idéal pour la silhouette (en tout cas pour la mienne hihihihi).

Je ne sais pas si je referais une autre version de ce modèle car je me suis bien lassée du point mousse.

Et voilà, je le trouve très agréable à porter. J’aime beaucoup son côté léger et son col bien large. Et petit détail non négligeable cette laine tient bien chaud.

J’ai acheté le livre d’Aurélie Tixier Pulls et accessoires au tricot il y a peu afin de tricoter son fameux snood à torsades (j’avais flashé sur la version de @lisetailor) pour l’hiver prochain.

Gwladys

IMG_20170128_145514_216.jpgDe mon côté, je suis venue me greffer sur le projet « Benoît » de Gwladys. Au départ, je cherchais un projet pour utiliser la laine Merino Superwash (coloris Naturel) de We Are Knitters qui me restait après mon gilet à torsades. J’ai donc tout naturellement demandé à Gwladys de m’aider à choisir un patron et une association avec une autre laine. En effet, mon idée de base était d’associer la Superwash avec une laine plus duveteuse et lumineuse, voir pailletée… Elle m’a donc proposé de tricoter un pull Benoît et d’utiliser la laine Phil Diamant (coloris Cuivre) de Phildar en complément de la première ; les deux laines seraient tricotées ensemble. Proposition validée !

2.jpgComme elle avait commencé avant moi, j’ai pu profiter de son expérience notamment sur la taille du pull. J’ai choisi la taille S en enlevant encore des mailles pour le faire moins large (de presque 10 cm au final), j’avais trop peur de ressembler à Bibendum… Surtout que j’ai tricoté avec des aiguilles n°9 (sauf les côtes en n°8), les plus grosses aiguilles qui soient passées entre mes mains pour le moment ! J’ai également légèrement raccourci la version originale (de 4-5 cm).

Pas de problème majeur pour ce patron qui m’a toutefois permis d’utiliser des aiguilles circulaires pour la première fois ! Petit bémol, mes aiguilles neuves étaient cassées dès la sortie de l’emballage 😦 (des DMC peintes à la main en plus!)… j’ai dû bricoler pour pouvoir les utiliser et tricoter le col de mon pull comme conseillé dans le patron.

14566797_375249749512789_7372536918086516736_n(1).jpg

Pour les manches pas contre, je les ai tricotées à part puis cousues au reste du pull… J’ai choisi de les tricoter pour qu’elles arrivent à peu près au ¾ du bras… J’ai pu voir que certaines avaient fait des choix différents que j’ai trouvés tout aussi jolis.

Au final, j’aime bien ce pull doudou, même si des pulls si larges ne font d’habitude pas partie de ma garde-robe ! J’aime le côté légèrement pailleté (pas franchement flagrant sur les photos ^^ !) de ce « Benoît » qui me tient bien chaud !

Maud

Combo.jpg

 

Bilan de notre première année créative

Côté tricot

2017-28-2-22-34-04Cette aventure a germé dans notre tête durant l’été 2015. Pour ma part, je venais de passer une année à tricoter, notamment pendant mon congé maternité et j’avais envie de dépasser le cadre de la famille et des amis pour montrer mes créations. Maud, de son côté, s’était lancée dans la couture et nous nous sommes retrouvées sur la même envie au même moment. La naissance de notre blog a été une expérience vraiment excitante. Ecrire des articles, se mettre à nu et choisir ensemble nos projets nous a bien occupées les premiers mois. Et puis très rapidement, les réseaux sociaux nous ont pris beaucoup de temps. Facebook d’abord et puis Instagram, une activité au quotidien qui nous a enchantées. Nous avons pu découvrir de très nombreux comptes et même faire des rencontres très intéressantes qui se poursuivent aujourd’hui encore à travers des échanges créatifs très  agréables. 

2017-28-2-22-48-22

En ce dernier jour de février, il temps pour moi de vous faire un bilan de mon année de tricot. J’ai mené à terme plusieurs projets, essentiellement pour les autres, pour faire plaisir. J’avoue que ça fait partie de ma personnalité, j’aime faire plaisir aux personnes que j’apprécie ou que j’aime d’amour. Je dois vous faire un aveu néanmoins, je n’ai encore rien tricoté pour mon homme et c’est souvent un sujet de taquinerie entre nous. Mais, nous avons enfin jeté notre dévolu sur un sublime pull (Jaiden d’Isabell Kraemer) et je pense qu’il fera partie de mes projets de cet été (il faut s’y prendre à l’avance..). Concernant mes projets de cette année, j’ai ressenti beaucoup de satisfaction à chaque fois que j’arrivais à dompter une nouvelle technique comme tricoter avec des aiguilles double pointe, faire des coutures invisibles nickel, tricoter en méthode continentale avec des aiguilles circulaires grâce aux vidéos de @lisetailor ou monter le pouce sur des mitaines grâce au tuto de @julypouce. J’ai également acquis beaucoup de connaissances, de vocabulaire spécifique et cela m’aide beaucoup au quotidien. J’ai toutefois un challenge de taille à réaliser et je vais m’y atteler tout prochainement: réaliser un projet sans couture, en top-down ou bottom-up avec des aiguilles circulaires. Mes deux prochains projets vont s’inscrire tout à fait dans cette optique: le pull #herbarium de Nadia Crétin-Léchenne et le superbe gilet/pull #surunnuage de @lilicommetout. Ces deux projets marquent aussi un tournant pour 2017 car je commence à tricoter pour moi et c’est vraiment très agréable. Si vous me suivez sur les réseaux vous avez pu voir ma version du #giletgermaine de Clémence @huguettepaillettes et j’ai presque fini mon #pullbenoit d’@aurelielapoule. Ces deux projets au point mousse m’ont appris beaucoup sur ma façon de tricoter et sur les progrès qu’il me reste à faire. J’ai vraiment très envie de passer rapidement à des projets plus complexes réalisés avec des laines plus « nobles ». Mais tout ça a un coût et prend du temps, alors ma #toknitlist s’allonge de plus en plus (hihihihi). Enfin, je dois dire aussi que l’aventure du patronage me tente bien, pour des projets simples pour le moment. J’ai posté avant Noël le tuto gratuit d’une brassière pour bébé (#brassierenoellie) que j’ai pris beaucoup de plaisir à créer. Et je ne compte pas m’arrêter là. Actuellement, je participe au #defidescocottes lancé par @aniline63 et je dois bientôt rendre ma copie. L’idée était de créer un patron avec un point imposé, le point cocotte qui forme une sorte de jacquard et une laine imposée, la BC GARN, une laine bio que je ne connaissais pas du tout. J’ai changé pas mal de fois de projet mais j’ai enfin arrêté mon choix. Je vous raconterai cette expérience très bientôt sur le blog.

2017-28-2-23-03-07

Cette année créative m’a vraiment enchantée et je sens que 2017 me réserve encore de belles expériences. Je salue toutes les personnes dont j’ai fait la connaissance et toutes celles qui m’encourage dans cette aventure. Je tiens également à remercier ma sœur Maud, pour tous nos échanges, chaque jour depuis plus d’un an, pour la confiance qu’elle me porte et pour le plaisir que cette aventure me procure. 

2017-28-2-23-43-54

J’espère que vous continuerez à nous encourager dans notre démarche créative et que vous viendrez à notre rencontre pour pouvoir échanger sur nos passions communes. A très vite.

Gwladys

Côté couture

compo

Mes premières cousettes ont été déclenchées par l’annonce du mariage de ma cousine en été 2015. J’ai eu une envie irrépressible de confectionner des tenues pour ma petite famille et pour mes nièces. Alors j’ai investi et je me suis lancée. Par la suite, la couture est devenue très vite une passion; je rêvais la nuit de mes créations… Comme Gwladys l’a dit, nous nous sommes alors rapidement retrouvées sur nos envies de création et de partage. Nous avons donc démarré le blog. J’ai beaucoup aimé écrire mes articles et présenter mes différentes réalisations. J’ai aussi adoré nos « projets croisés » associant la couture et le tricot dans des tenues pour enfant! Je suis devenue une boulimique de couture et j’ai beaucoup produit et beaucoup raté! Je me suis confectionné BEAUCOUP de robes ^^ ! (Promis j’arrête avec ma main sur le mur!)

Robes.jpg

J’ai cousu pour moi, mais aussi pour les autres. Pour les garçons mais surtout pour les filles! En cherchant des photos pour illustrer cet article, j’ai pu constater à quel point j’ai progressé depuis le début! J’ai appris tellement de choses; grâce à de nombreux ouvrages mais aussi grâce à internet évidemment! Aujourd’hui, je connais plutôt bien le vocabulaire de la couture et je commence à m’y retrouver dans les différents types de tissus. Je sais les reconnaître et adapter mon choix de tissu au projet, ce qui est très important en couture!

top

Le partage de nos réalisations sur les réseaux a également été très enrichissant et nous a permis de faire de belles rencontres! Nous avons rapidement pu nouer un partenariat avec la Mercerie de l’étoile de coton, ce qui nous a encouragées dans notre démarche. Moi qui suis Docteure en Biologie de formation et un peu en perte de motivation dans ce domaine, j’ai commencé à me poser la question de la reconversion dans la création… Soutenue par ma sœur et des créatrices comme Corailindigo (qui a d’ailleurs créé notre logo!), je me suis alors lancée dans l’aventure du patronage… J’ai encore une fois beaucoup travaillé et beaucoup appris avant de pouvoir proposer mon premier patron #blousenikki sur notre boutique en ligne Madys. Aujourd’hui, j’apprends encore beaucoup (la technique du glaçage par exemple, récemment!) grâce aux généreux partages d’autres créatrices comme Géraldine de République du chiffon, parmi bien d’autres! Je continue à coudre de nombreux vêtements grâce à toutes les talentueuses créatrices de patrons présentes sur la toile (Vanessa Pouzet, Aime comme Marie, Deer and Doe, République du chiffon…) et je travaille en parallèle sur mes futurs patrons en espérant être à la hauteur!

Shorts.jpg

J’adore partager cette aventure avec ma sœur. Comme je l’ai dit, elle me soutient, elle me bouscule et même parfois me presse, mais toujours pour un résultat positif au final! Elle m’inspire aussi beaucoup, me permet d’affiner mes choix et me tricote un châle ou un pull de temps en temps! Elle me fait aussi beaucoup travailler ^^ ! Mais c’est avec plaisir que je lui confectionne des vêtements et, nos goûts étant assez différents, cela me permet d’envisager mes réalisations sous un autre angle.

Gwladys.jpg

Alors, après un an de couture, je n’ai qu’une envie, continuer!

Maud

Gilet Monceau à ma façon

Comme je vous l’ai annoncé précédemment, je me suis lancée dans l’aventure de la #garderobecapsule2017 initiée par @clo_piano et le jour est arrivé de montrer ma réalisation pour février.

4.jpgPour ce mois-ci j’ai choisi la catégorie « veste » avec le patron du gilet Monceau de Cozy Little World. Je pensais partir sur un gilet en molleton matelassé noir avec une doublure fleurie colorée mais après avoir constaté que beaucoup d’autres avant moi avaient fait le choix du matelassé pour ce gilet j’ai changé d’avis. J’ai donc décidé de confectionner une veste plutôt qu’un gilet et d’utiliser un tissu plus habillé. J’ai opté pour la combinaison d’un tissu proche du jacquard (acheté au rayon ameublement de Mondial Tissus, mais chut…) et d’une crêpe de coton fleurie. Pour les finitions, j’ai ajouté un biais coton bleu marine…

1.jpgJ’ai donc acheté et imprimé mon patron pour le gilet. J’ai apporté une modification aux manches que j’ai retracées plus larges car j’utilisais un tissu non extensible contrairement à ce qui était spécifié dans les instructions. J’ai choisi une taille 40, plutôt que 38 habituellement, toujours à cause du choix du tissu et également parce que je voulais doubler ma veste. Ensuite j’ai découpé mon tissu et ma doublure. J’ai également créé des enformes pour le bas de la veste et pour les extrémités des manches en me basant sur le pas à pas de la veste Michelle publié par République du chiffon (Rdc). Je m’arrête quelques instants pour vous dire à quel point ce tuto est bien fait, clair et très bien illustré et je remercie Géraldine, la créatrice de Rdc, pour ce partage! Revenons-en à Monceau… Pour la doublure j’ai grosso modo utilisé le même patron que pour le gilet en ôtant les parementures et enformes, tout en gardant des marges de couture et d’aisance… Il a fallu cogiter un peu…

5.jpgJ’ai donc commencé par la confection du gilet dans le tissu principale. Le tissu s’effilochait pas mal alors j’ai décidé de surfiler toutes les pièces pour éviter les mauvaises surprises… Rien de particulier à ce stade. Il a ensuite fallu monter les parementures et les enformes et là je me suis vraiment basée sur le tuto de Rdc! Une fois cette étape terminée, j’ai confectionné ma doublure en connectant les différentes parties (devants, dos, manches…). Avant de la coudre au reste de mon gilet, j’ai cousu mon biais bleu marine le long des parementures Devant et du col pour une jolie finition.

Une fois la doublure cousue sur le gilet, il a fallu penser aux finitions et notamment au glaçage! J’ai donc pour la première fois glacé ma doublure au niveau du bas du gilet et des extrémités des manches. Pour celles qui ne savent pas ce que veut dire « glacer » (comme moi il y a peu ;)) , c’est une technique pour connecter discrètement la doublure au vêtement de façon à ce qu’elle ne pendouille pas en dehors du vêtement du fait de l’aisance qu’on laisse normalement pour le confort. Si je ne suis pas claire les photos du tuto de Géraldine le seront à ma  place!

3.jpg

Je suis vraiment ravie de ma veste, j’adore sa couleur, sa doublure fleurie, les finitions, le tombé… Les manches sont assez larges pour la porter avec un pull fin ou pour retourner les extrémités dans un style plus décontracté. Je suis également très contente d’avoir encore beaucoup appris avec ma première « vraie » doublure (quoi? il faut tout passer par le trou d’une seule doublure de manche??!!) et mes premiers glaçages.

Maud.

2.jpg

 

Mon gilet Germaine

8.jpgQuand Maud a réalisé ma jolie chemise Jolaine de République du Chiffon cet automne, j’ai tout de suite eu envie de tricoter un gilet pour me créer une nouvelle tenue.

Je connaissais les tutos de Clémence @huguettepaillettes mais mon choix n’était pas fixé. En regardant les différentes réalisations sur Instagram, j’ai opté pour le #giletgermaine et son côté loose. Pour mettre en valeur les passepoils en cuir de ma Jolaine, j’ai choisi le coloris tourbe pour la laine Partner 3,5 de chez Phildar et le coloris caramel pour le Phil light (qui semble ne plus être disponible…).

Clémence précise le métrage nécessaire pour tricoter le gilet et non le nombre de pelotes car elle propose plusieurs marques (attention à bien regarder les étiquettes sur les pelotes). Le tuto est décliné en deux tailles, une version courte et une plus longue. J’ai opté pour la version courte car je sais que je tricote assez lâche. 

9.jpg

Dès mon premier test, j’ai été vraiment très satisfaite du rendu des deux laines mélangées, très doux et surtout ultra moelleux. Le tuto de Clémence est très clair, je n’ai eu aucune difficulté pour tricoter ce modèle. J’ai toutefois fait quelques modifications au niveau des manches. J’ai monté 27 mailles au lieu de 31 et j’ai tricoté 62 rangs au lieu de 74.

Pour l’assemblage des différentes parties, j’ai fait très attention à coudre les rangs de point mousse en face les uns des autres pour un rendu plus net, idem pour les rangs de côtes 1/1 sur les épaules (vous pouvez voir les détails des coutures en photos sur notre compte Instagram).

10

Je suis vraiment ravie du résultat. Le gilet est très doux, assez chaud et la forme me convient parfaitement. Petit inconvénient tout de même, le point mousse se détend pal mal au cours de la journée.

C’est la toute première pièce que je tricote pour moi depuis 2 ans! et je pense que je ne vais pas m’arrêter là.

Gwladys.

Forget me not II

J’avais envie de faire plaisir à ma sœur.

1.jpgElle avait craqué sur la robe Forget me not (manches courtes à l’époque), notamment après avoir vu la version extra-longue de Christine alias @petitsbonheurs1 sur Instagram. C’est finalement au salon CSF de novembre 2016 que nous avons acheté le patron de Slow Sunday Paris (version manches longues). Nous avons également acheté du tissu sur le stand d’Atelier Brunette. Nous avons choisi un molleton gris clair avec des petits points irréguliers roses…

Pour casser le côté décontracté du molleton, nous avons décidé de l’associer à un passepoil argenté pailleté. Et puis les paillettes, Gwladys adore, comme vous l’avez compris…

2.jpg

J’ai donc commencé comme d’habitude par reproduire les pièces du patron sur papier et j’ai poursuivi par la découpe des pièces de tissu. Et là premier hic, il me manquait du tissu… J’ai alors mesuré le coupon de molleton qu’on m’avait coupé au salon CSF, j’avais à peine 1,38m pour 1,50m payé… Je n’étais pas ravie… Mais bon, l’effervescence du salon et la fatigue explique sûrement le couac…

20170215_102943

Toujours est-il que j’ai dû m’adapter. J’ai donc décidé de couper une partie basse dos moins large que prévu quitte à réduire le nombre de fronces. Il faut aussi savoir que si le tissu choisi à un sens, je pense qu’il est préférable de prendre plus de métrage que conseillé pour ne pas avoir de motifs à l’envers… J’avoue ne plus savoir si Caroline (la créatrice de Slow Sunday Paris) donne ce conseil dans les instructions de son patron.

J’ai donc continué la confection de cette jolie robe. Comme Gwladys est grande, j’ajoute très souvent des centimètres sur la longueur. Ici, je les ai répartis pour moitié au niveau de la taille et pour moitié sur le bas de la robe. J’ai fait le maximum pour ne pas tirer sur le molleton pendant les découpes et pendant la confection, afin d’éviter des erreurs dans les mesures ou des frisottis au niveau des coutures.

J’ai bien aimé la pince de coude sur les manches ajustées, une modification que je n’avais jamais vu au paravent. La couture des passepoils n’a pas posé trop de problèmes, j’ai toutefois réalisé des surpiqûres de maintien à l’intérieur des arrondis devant pour que le passepoil ne rebique pas.

3

J’ai fait, comme toujours avec les molletons, jerseys et autres tissus élastiques, des ourlets  simples (un pli, bordure à la surjeteuse) avec une couture à l’aiguille double. J’ai fait de jolies parementures avec des chutes de tissu liberty mais nous avons oublié de prendre les photos!!

Je pense que cette robe nécessite un tissu qui a de la tenue sans être ni trop épais, ni trop rigide, même si cela dépend du rendu souhaité évidemment. Les fronces ajoutent du volume et je ne suis pas mécontente au final d’avoir réduit leur nombre dans le dos, surtout pour ce tissu moyennement épais.

En tout cas, Gwladys adore cette robe, aussi confortable qu’esthétique et je vais peut-être essayer de m’en faire une pour les beaux jours… A suivre…

Maud

5.jpg

4.jpg