J’avais envie de rhubarbe…

La rhubarbe, c’est spécial… soit on adore, soit on déteste. Personnellement, j’ADORE! Du coup, chaque année, j’attends la saison avec impatience! Pour aujourd’hui, j’ai fait simple… de la confiture de rhubarbe. Mais j’imagine déjà les tartes et autres desserts que je vais pouvoir faire. Miam!

WP_20160601_10_10_11_Pro (2)

Il n’y a rien de plus facile que de faire de la confiture. Il faut d’abord peler les tiges de rhubarbe. C’est très filandreux, il ne faut pas hésiter à passer plusieurs fois pour être sûre de bien retirer toutes les parties dures qui ne seraient pas agréables à manger. Ne vous embêtez pas avec un économe, unWP_20160601_10_32_31_Pro (2) couteau suffit.Ensuite, on coupe des morceaux assez gros que l’on met dans une grosse casserole. L’idéal étant d’avoir une bassine à confiture en cuivre (ça fait un moment que j’en ai envie… bientôt!). Je vous conseille de peser votre casserole vide avant d’y mettre les fruits, de cette façon vous pouvez par soustraction connaître le poids de vos fruits. Pour ma part, ma casserole pèse 1kg! facile pour les nulles en maths comme moi! J’ai donc 1,5 de fruits. Pour le sucre, je compte la moitié du poids des fruits. Vous regarderez sur les pots de confitures du commerce c’est toujours plus. Quand on a goûté aux confitures maison, les autres semblent toujours trop sucrées. Et quand je vois ce que je mets déjà dans mes confitures! ça fait réfléchir…

Pour la confiture de rhubarbe, je rajoute une gousse de vanille. J’ai testé ce mélange l’année dernière… et comme il a bien plu… je recommence. 

Je commence toujours par laisser cuire les fruits natures pendant quelques minutes. Quand ils ont rendu un peu de leur eau, j’ajoute le sucre en deux fois (ici, 750g). Ensuite, il faut mélanger régulièrement pour que ça n’attache pas au fond. Quand le sucre a fondu, il forme un sirop et les fruits commencent à ramollir. Il faut continuer à mélanger.

Un peu avant la fin de la cuisson (environ 45 min à feu doux), je prélève un petite louche de confiture que je verse dans un verre. J’y ajoute un sachet de 2g d’agar-agar, je mélange bien et je WP_20160601_11_13_11_Pro (2)reverse dans la casserole. (Il y a certains fruits qui nécessitent plus qu’un sachet et d’autres comme le cassis qui n’ont pas du tout besoin d’agar-agar). Je laisse cuire encore quelques minutes pour que l’agar-agar ait le temps de bien prendre et je coupe le feu.

Avec une petite louche, je remplis mes pots vides et je visse fortement les couvercles dessus. Je ne retourne pas les pots une fois fermés (j’ai peut-être tort…). Au bout de quelques minutes, on entend les couvercles se dilater et émettre une sorte de « POC ». Je n’ai encore jamais eu de moisissures sur mes confitures… alors je continue comme ça. Il faut laisser bien refroidir et déguster le lendemain pour les gourmands ou les entreposer dans un endroit sec et frais pour les plus raisonnables. Je vous assure que de ressortir ses propres pots de confitures en plein hiver est un vrai plaisir. G.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s